Down, Down to the Water (2018)

Vibrations

Artiste: Aimee Louw

La porte du garage s’ouvre et mon bien-aimé, Julien, et moi sortons pour rouler vers une colline escarpée qui descend jusqu’au bord de l’eau.

Down, Down to the Water (En descendant là-bas, au bord de l’eau) est une méditation sur la sagesse et les leçons offertes par l’eau: accepter l’éphémérité, trouver de la force dans la fluidité; reconnaître la menace d’un pouvoir sous-estimé. Cette méditation a été enregistrée et mixée à Anchor Bay, à Gibsons, en Colombie-Britannique, où vit ma mère. Elle révèle la texture de mes pas qui vont jusqu’au rivage et en reviennent, le cri d’un héron, des gens qui passent avec des chiens, le moteur de mon fauteuil roulant lorsque je le mets en marche, le scooter de Julien, des bateaux, des voitures, un quai gémissant. Je termine cette pièce en chantant et en fredonnant pour moi-même la section dont je me souviens de The River, de Coco Love Alcorn, que j’ai apprise de Vanessa Richards, et que je chante avec les Woodwards Community Singers à Vancouver. Je chante souvent cette chanson en honneur de l’océan et pour me calmer.

J’espère que cette pièce, portée, touchée, effleurée sur votre peau pourra vous offrir un soupçon de l’étreinte guérissante que j’ai ressentie lorsque je l’ai créée.

Chaleureusement,

Aimée

Nous rentrons chez maman, et roulons le long de sa rampe qu’elle a bricolée. Je me précipite vers la salle de bain, où je laisse couler de l’eau chaude sur mes mains engourdies par l’hiver de la côte Ouest. Je verse quelques gouttes d’huile de lavande dans le lavabo qui se remplit, et j’inhale.

Biographie d’artistes

Aimee Louw est une artiste multidisciplinaire, écrivaine et candidate à la maîtrise en études médiatiques à l’Université Concordia. Dans son travail, Aimee explore le paysage, la mobilité, l’immobilité et les expressions culturelles matérialisées à travers la poésie. À partir d’une perspective et d’une expérience en tant que personne blanche, queer, crip et canadienne engagée contre les articulations colonisatrices, le projet de recherche-création entrepris dans le contexte d’une maîtrise en études des médias d’Aimee explore des moyens d’éliminer les fantasmes colonisateurs qui se révèlent dans certaines structures reliées à l’accessibilité. Aimee est collaboratrice à la radio de Radio-Canada, à Canadaland, au magazine GUTS, et à Geeky Gimp. Ses films ont été projetés au Leeds Queer Film Festival et seront présentés au prochain Scottish Queer International Film Festival. Elle a hâte d’écrire son premier roman, You Deserve Everything.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *